Après plusieurs singles et des mois (interminables) d’attentes, le quatrième album de Tame Impala est maintenant disponible partout.

Kevin Parker est un compositeur perfectionniste et solitaire. Et il le prouve une fois de plus sur ce nouvel album. Les arrangements sont méticuleux, bien pensés, travaillés et retravaillés. The Slow Rush, qui était initialement prévu pour avril 2019, fut d’abord reporté à novembre 2019 pour être ensuite retardé jusqu’à aujourd’hui, 14 février 2020.

Contrairement à d’autres artistes, le retard ici n’a pas été engendré par des histoires de maison de disque. Non. C’est le musicien australien qui sentait, à chaque écoute, que quelque chose pouvait encore être amélioré. Et c’est ce qui fait l’essence de Tame Impala: quatre albums, aucun faux pas.

L’on pourrait facilement se perdre dans la folie psychédélique de Kevin Parker. Mais il a cette façon de toujours nous ramener de manière inattendue qui fait qu’on s’attache maladivement à son art abstrait. C’est également ce qui fait de lui l’un des groupes de Rock psychédélique les plus populaires des 20-30 dernières années.

En ouverture, The Slow Rush vous réserve tout un accueil avec One More Year. Laissez-vous ensuite guider par l’instrumental enivrant du multi-instrumentiste australien, 57 minutes de plaisir garanti.