Caractérisé par Dave Grohl comme étant un Saturday Night party album, Medicine at Midnight promettait du Rock ‘n’ roll rassembleur et accessible. C’est exactement ce que nous offre ce onzième opus de Foo Fighters.

Plus pop, ballade et même blues à l’occasion, Medicine at Midnight s’éloigne des années The Pretender et Best of You, mais s’inscrit parfaitement dans l’évolution du groupe. Par la force des choses, le groupe de Seattle s’est démocratisé dans les 10 dernières années et s’adresse maintenant à un large public. On retrouve donc un peu moins de Stadium Anthems, mais n’en reste pas moins que cet album est intéressant et diversifié.

En espérant que Foo Fighters passe par Montréal ou Québec pour la prochaine tournée, puisque rien ne rend justice à la musique de Foo Fighters comme un concert en plein air.